Hoëdic

Cela commence au petit matin dans un port encore endormi, la girouette sur le clocher de la petite église n’est pas un coq ou un bateau comme souvent, mais un gros poisson pour changer, il est 9h30, nous arrivons à Hoëdic

En remontant de la cale, un jeune en vélo nous double, un homard tout frétillant, de chaque côté du guidon, le village semble se réveiller avec l’arrivée du bateau.
Un vent frisquet nous frôle, le soleil n’est pas encore présent on commence par une escale à l’hôtel près du port, café croissant croustillants pour se réchauffer.

Nous ne sommes pas pressés, Hoëdic est une île à la taille du randonneur tranquille.
9 kilomètres pour en faire le tour en suivant le sentier qui épouse les criques, contourne les rochers, coupant à travers champs parfois… C’est le printemps la lande est recouverte de fleurs de toutes les couleurs.

De temps en temps, nous ferons détaler en panique des faisans picorant dans les hautes herbes et parfaitement invisibles du chemin où nous marchons.
Nous avons quitté le village, les petites maisons apparaissent au loin regroupées comme pour se tenir chaud et à l’abris du vent.
Le soleil s’est levé, et les couleurs tout autour de nous se mettent à chanter.
Le bleu surtout!
Sur une île de cette taille, on ne quitte pas longtemps la mer des yeux.

Une succession de criques nous attend, mer cristalline et sable blanc.

Il y a pourtant des endroits plus hostiles où l’accès à l’eau est bloqué par une plage de rochers. Les goélands et cormorrans sont à la pêche. On voit aussi des huitriers pie, ces drôles d’oiseaux noirs et blanc au long bec couleur carotte.

Loin au large, on distingue les sables blonds des plages de l’île d’Houat voisine.

Le sentier devient sablonneux et plus difficile le soleil a pris de la hauteur, c’est la bonne heure pour un pique nique dans les rochers à l’abris du vent. Un phare au loin… Calme total.

Un peu plus tard, nous retrouvons le sentier. Avec la marée montante, le temps a changé et le ciel s’est couvert.
Un petit port abrite quelques bateaux, une lessive sèche sur le pont de l’un d’eux. Un vélo abandonné le long d’une ganivelle… dans les rochers voisins, les pêcheurs lancent leurs hameçons très loin…

Un rayon de soleil nous invite sur le sable, le tour de l’île est presque bouclé, à la plage suivante, on s’accorde bain ou sieste selon l’humeur. On a tout le temps…
On trouvera aussi celui d’une bière rafraichissante à la terrasse d’un café dans le bourg, et même celui d’une découverte des petite rues d’Hoëdic avant le bateau.

 

 

Devinette:

A quoi reconnaît-on qu’on se trouve sur une île?
Réponse:
On trouve une petite carriole à la porte de chaque maison. Une carriole à tout faire, car bien sûr ici on vit sans voiture.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.