Back to 68

Je revois encore la tête de ma mère lorsqu’en plein après-midi au beau milieu de la semaine nous sommes rentrées du pensionnat avec nos valoches!Alors que l’anniversaire approche et que tous nous nous remémorons cette période, je fais moi aussi un petit retour sur cet épisode qui m’a laissé l’impression d’un grand bol d’air

J’allais avoir 15 ans, ma soeur 18, nous étions en pension à St Malo, à une trentaine de kilomètres de Dinan.

Mai 68 battait son plein, on avait entendu parler d’écoles, collèges ou lycées menacés de mise à sac si les cours continuaient d’y être assurés normalement mais cela semblait improbable à St Malo…

Pourtant un jour les menaces ont dû se préciser car tout à coup, les bonnes soeurs en panique, nous ont demandé de faire nos valises et de rentrer chez nous!

Pas de trains, ou bus depuis longtemps… ok, on le savait… Oui, mais pas de téléphone non plus pour appeler, pas d’argent pour un taxi éventuel au cas où il en passerait un….la débrouille à droite à gauche pour les copines habitant le coin, mais sur Dinan personne…

On s’est retrouvé à trois sous le soleil, devant la pension fermée avec nos valises… Drôle d’impression d’avoir fait un pas sur le côté, et d’être sortie du réel, et maintenant on fait quoi?

Va pour le stop… On a eu le bol de trouver un chauffeur qui allait dans la bonne direction et qui nous a pris toutes les trois. D’ailleurs, comme les mousquetaires, on avait décidé de ne pas se séparer… on ne sait jamais, pour nous le stop c’était déjà une grande aventure…

Cela a été le début des vacances, les après midi de soleil pendant lesquels on a fait connaissance avec les voisins de notre âge désœuvrés comme nous, les balades en vélo ou à pied, en forêt ou sur les bords de Rance, la guitare d’un copain et les chansons d’ Otis Redding, les pique-nique et les premières boums.

Pas très politisé tout ça, pour nous, la « chienlit » était une immense fête!

Qui a duré jusqu’à ce qu’on retourne au pensionnat finir l’année scolaire. Là, de grands bouleversements avaient eu lieu, nous avions changé de mère supérieure, la précédente ayant pris le large avec le curé, et le tortionnaire en charge de la discipline à la pension avait disparu lui aussi!

Mai 68! Un grand souffle de renouveau…

Publicités

Une réponse à “Back to 68

  1. On en apprend de belles!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.