Lundi c’est transhumance

Oui, c’est vrai, c’est plutôt inattendu dans la campagne bretonne, la transhumance, on imagine plutôt les alpages, la descente en lacets le long des torrents, les clarines tintant dans les vallons…Mais chez nous aussi cela existe:

img_3686

C’est lundi matin et l’on croise dans les rues une foule inhabituelle.

Aux carrefours, au bout des sentiers les gens à pied, à vélo se regroupent et attendent en discutant le passage des moutons…

La dernière fois qu’on les a vu passer, c’était en Mai, dans l’autre sens. Ils quittaient Carnac, les landes et les menhirs où ils avaient brouté tout l’hiver passant d’un champ à l’autre au grès des besoins, pour retrouver leur résidence secondaire d’été: Les prairies du bord de mer à Locmariaquer où là aussi ils contribuent à l’entretien de la végétation. Oui, c’est vrai, c’est plutôt pas mal d’être un mouton ici!

img_1807

Ce matin, accompagnés de leurs bergers, et de nombreux badauds, ils font le chemin inverse. Un troupeau d’environ 150 bêtes chemine en trottinant empruntant les pistes réservées d’habitude aux vélos, ou aux piétons, à l’écart de la circulation.

Bien groupés, constamment encadrés par 3 chiens qui vont et viennent pour ramener les gourmands qui s’égarent à brouter dans les talus, ils cheminent tranquillement, les chèvres devant, puis les moutons.

img_1797-2

Ils sont plus nombreux qu’à l’aller, car dans les prairies cet été, il y a eu des mises bas. Les plus jeunes sont regroupés dans une camionnette. Le berger chargé de cette nurserie, nous explique que les mères accompagnées de leurs petits obéissent moins bien aux chiens et qu’elles mettent le bazar dans le troupeau, d’où la camionnette.

img_1803

Ils font ainsi un trajet d’environ 8km, dans la campagne donc,  sauf au passage du pont qui enjambe la rivière de la Trinité. La route est alors coupée à la circulation et des policiers encadrent la manoeuvre. Un petit quart d’heure pour que ce petit monde passe la rivière, et on retrouve la campagne et bientôt les premiers menhirs.

img_1784

Arrivés à destination, on les a laissé dans un champ clôt, pour récupérer. Les agneaux ont quitté leur abris dans les bras des bergers qui les ont lâchés bien vite pour qu’ils retrouvent leurs mères, on les a vu détaler en bêlant, heureux de retrouver la terre ferme!

Cela s’est terminé par un pot sympa sur un muret sous les arbres, il tombait quelques gouttes…De toute cette balade, le soleil ne nous a pas quitté.

img_1827

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s